Skip to content Skip to left sidebar Skip to right sidebar Skip to footer

COVID 19 – Communiqué du 9 avril 2020

Sommaire : Confinement et fêtes religieuses – Garantir les droits des femmes – Les lingettes, un fléau pour les canalisations.

Le confinement se poursuit pleinement pendant les fêtes religieuses et aucune dérogation ne peut être accordée à cette occasion

À l’approche des fêtes religieuses et des vacances de printemps pour la zone B, toutes les règles de confinement demeurent pleinement applicables. Les déplacements demeurent interdits et les établissements recevant du public fermés.

Les contrôles seront encore renforcés.

Les fêtes religieuses, toutes confessions confondues, ne peuvent être célébrées que dans le cadre strict du confinement à domicile. Il n’est pas possible d’inviter de la famille ou des amis à cette occasion, ni de se rendre dans la famille ou chez des amis.

Le recueillement individuel, de moins d’une heure, sans rassemblement, dans les lieux de culte qui sont restés ouverts (les églises principalement), à condition de rester dans un rayon de moins d’1 km autour du domicile, est autorisé .

Aucune célébration dans un lieu de culte ne peut avoir lieu en présence de public, des offices peuvent se tenir, mais uniquement à huis clos, avec un ministre du culte, pour être enregistrés et diffusés sur les réseaux sociaux.

Préfecture des Côtes d’Armor

COVID 19 et confinement : GARANTIR LES DROITS DES FEMMES Contraception et IVG

EN TOUTE CONFIDENTIALITE

Accès à la contraception :

  • ●  L’accès à la pilule contraceptive peut s’effectuer directement en pharmacie grâce à une ancienne ordonnance. Cette facilité s’applique le temps du confinement.
  • ●  La contraception d’urgence est disponible sans ordonnance en pharmacie.
  • ●  Les médecins en ville et les sages-femmes peuvent conseiller les femmes et leurs partenaires sur les questions de contraception

Accès à l’I.V.G. :

  • ●  Les interruptions volontaires de grossesse (IVG) sont considérées comme urgentes et leur continuité est assurée.
  • ●  Les sages-femmes peuvent, comme les médecins, pratiquer des consultations à distance (télé consultation).
  • ●  Les entretiens de conseil conjugal préIVG obligatoire pour les mineurs sont maintenus
  • ●  Les consultations pour les dépistages d’infections sexuellement transmissibles se pousuivent

les Ministres encouragent l’ensemble des médecins en ville et les sages-femmes libérales à s’engager dans le maintien des IVG médicamenteuses et demandent aux établissements de santé d’assurer la continuité des IVG instrumentales.

A votre écoute :

● Durant le confinement, le planning familial 22, espace vie affective,
relationnelle et sexuelle 02 96 78 97 05 mfpf22@wanadoo.fr
et les centres de planification et d’éducation familiale, gérés par
le Conseil départemental 22 et par délégation aux centres hospitaliers,
assurent des permanences téléphoniques et accueillent sur rendez-vous si nécessaire avec toutes les précautions de mesures barrières.

08/04/2020

page1image7142976

Les services de l’Etat sont chargés de s’assurer que le droit des femmes à disposer de leur corps ne soit pas remis en cause, en cette période de pandémie et de confinement, en effectuant des points réguliers avec le personnel soignant et le tissu associatif.
Contact :

Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes des Côtes d’Armor annie.le-houerou@cotes-darmor.gouv.fr – 06 44 23 04 78

Les lingettes, un fléau pour les canalisations

Les lingettes désinfectantes jetables sont vues d’un très bon œil dans les foyers français depuis des années. Selon l’organisation internationale WWF (le Fonds mondial pour la nature), elles représentent 23 kg de déchets par an et par personne. En ces temps de crise sanitaire, celles-ci sont encore plus utilisées pour se laver les mains et respecter les gestes barrières. En France, selon les derniers chiffres, des centaines sont utilisées chaque seconde. Problème : lorsqu’elles sont jetées dans les toilettes et non dans les poubelles, ces lingettes engendrent, très souvent, de graves problèmes pour l’assainissement des eaux usées.

Ouest France numérique du 9 avril 2020