Skip to content Skip to left sidebar Skip to right sidebar Skip to footer

COVID 19

Communiqué du 8 mai 2020

Bien que nous l’ayons déjà précisé à toutes les familles ainsi que les directrices d’école, tout enfant qui ne se sera pas inscrit pour une rentrée avant le 25 mai ne pourra plus être accueilli avant le 4 juillet. Le Recteur d’Académie l’a bien précisé. Si aucun enfant n’a présenté de symptômes entre le 12 mai et le 2 juin, on peut espérer que les règles vont s’assouplir en particulier la distanciation physique en dehors de la classe et l’accès aux jeux, livres, ballons…. L’introduction d’un ou de plusieurs enfants à l’école après le 25 mai remettrait en cause cette possibilité d’assouplissement et engagerait la responsabilité des parents de cet enfant ou de ces enfants s’il y avait une contamination dans l’école. 
La DDCS nous a fait parvenir le protocole pour les accueils périscolaires et de loisirs entre le 12 et le 2 juin. Nous pouvons espérer un assouplissement des règles après cette date mais là aussi, la responsabilité des parents est engagée. Leur façon de vivre le déconfinement sera essentielle pour que la santé de leurs enfants et celle des autres qu’ils vont côtoyer soit préservée. 
Quelques personnes nous ont reproché de ne pas avoir distribué de masques à la population. Nous avons distribué le 20 avril dans toutes les boites aux lettres un bulletin municipal informant sur la nécessité de porter un masque lors des sorties en public. Nous avons plusieurs bénévoles qui ont fabriqué des masques en tissu et nous les remercions. Ces masques sont destinés aux personnes de plus de 70 ans et à ceux qui ont des pathologies cardiaques pulmonaires, du diabète ou autres maladies. Pour les autres, nous avons donné des liens vers des tutoriels sur internet permettant de s’en fabriquer. Nous estimons que c’est la responsabilité de chacun de se protéger et de prendre conscience que la fin de la pandémie est conditionnée par le comportement de chacun. 

Communiqué du 7 mai 2020

La rentrée des classes aura lieu dans les deux écoles le mardi 12 mai. Pour respecter le protocole sanitaire de l’Éducation Nationale, nous avons mis en place un dispositif pour l’arrivée des élèves qui évite tout croisement et tout attroupement de parents à l’entrée et à la sortie de l’école et de la garderie. Nous avons adopté le principe du drive où les parents dans leurs voitures se succèdent devant l’entrée de l’école ou de la garderie pour y déposer ou reprendre leurs enfants les uns après les autres. Les parents ne sont pas autorisés à rentrer dans l’école.

Une réunion a eu lieu lundi 4 mai avec les directrices d’école, les agents communaux et les élus pour mettre en place cette rentrée dans les conditions définies par le protocole sanitaire de l’Éducation Nationale. Chaque école a son mode de fonctionnement. Pour la garderie, elle se fera à l’école publique pour les enfants de l’école et à la Maison des Lutins pour ceux de l’école privée. Pour le restaurant scolaire, les enfants de l’école publique déjeuneront à la salle de Kergohy à l’étage et les enfants de l’école privée au rez-de-chaussée pour éviter tout croisement.

COVID 19 – Communiqué du 29 avril 2020

Sommaire : Point de la Préfecture sur l’évolution de la contagion – Réouverture des commerces de détail de vente de tissus et de matériels de couture – Mesures de soutien aux cafés, restaurants… – Ouverture de la déchetterie.

La situation au 28 avril 2020

Prise en charge des patients Covid-19 à l’hôpital en Bretagne actuellement : 52 en service de réanimation (-6 en 24h)

Dans les Côtes d’Armor 6 personnes en réanimation (-)

343 autres modes d’hospitalisation (-9 en 24h)

Dans les Côtes d’Armor 32 personnes hospitalisées hors réanimation (-)

784 retours à domicile (+23 en 24h)

Dans les Côtes d’Armor 123 retours à domicile (+2 en 24h)

Dans le cadre des prises en charge hospitalière, 207 décès (patients âgés de 55 à 100 ans) sont à déplorer (+4 en 72h) en Bretagne, 24 dans les Côtes d’Armor (même chiffre que le vendredi 24 avril).

Par ailleurs, le nombre de cas de Coronavirus Covid-19 confirmés en Bretagne par diagnostic biologique (PCR) depuis le 28 février est de 2332 (+38 en 72h), ainsi répartis :

649 (+3 en 24h) personnes résidant en Ille-et-Vilaine
573 (+6 en 24h) personnes résidant dans le Morbihan
554 (+1 en 24h) personnes résidant dans le Finistère
338 (+10 en 24h) personnes résidant dans les Côtes d’Armor

Réouverture des commerces de détail de vente de tissus et de matériels de couture

En modifiant le décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le Gouvernement a autorisé l’ouverture des commerces de détail de textiles en magasin spécialisé.

Les magasins concernés sont ceux qui commercialisent à titre principal des tissus, textiles, fils et autres articles de couture. Il s’agit de permettre à chaque Français qui le souhaite de se procurer les matières premières nécessaires à la confection de masques ou d’autres équipements de protection textile en vue du déconfinement.

Mesures de soutien en faveur des restaurants, cafés, hôtels, des entreprises du secteur du tourisme, de l’évènementiel, du sport et de la culture

Dans le cadre du plan d’urgence économique mis en œuvre par le Gouvernement, les entreprises de ces secteurs ont bénéficié de mesures inédites. Afin de tenir compte de la situation spécifique des hôtels, cafés, restaurants, des entreprises du secteur du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture, les mesures de soutien du plan d’urgence économique vont être maintenues et renforcées.

Les exploitants de l’hôtel-restaurant « Les Genêts d’Or » et la crêperie « Crous’ty crêpe » ont été informés de ces mesures.

COVID 19 – Communiqué du 22 avril 2020

Sommaire : Modification du délai d’instruction des permis de construire (LCBC) – Soutien psychologique des personnels de santé (Préfecture) – FAQ – Questions pour les différents types de masques – Informations sur les masques non sanitaires – Tests sérologiques – Vente directe.

Délai d’instruction des AU: Le système de suspension des délais est maintenu, cependant, le mois tampon est supprimé. Les délais d’instruction recommencent donc à courir à compter du 24 mai 2020 et non le 24 juin.

Délai de recours:

Pour mémoire l’ordonnance 2020-306 prorogeait les délais de recours de deux mois à compter du 24 juin soit jusqu’au 25 août.

L’ordonnance du 15 avril modifie ces délais qui sont suspendus ou reportés jusqu’au 24 mai (le mois tampon courant à la fin de l’état d’urgence ne s’applique pas).

S’agissant des délais de recours qui avaient débuté avant le 12 mars, ils recommenceront à courir à compter du 24 mai pour le délai restant mais sans que cette durée puisse être inférieure à sept jours.

Soutien psychologique des professionnels de santé

La situation liée à l’épidémie de Covid-19 constitue une situation potentiellement stressante pour de nombreux professionnels mobilisés sur différents aspects de la gestion de crise.

Pour y répondre, le Ministère des Solidarités et de la santé a mis en place un numéro vert à destination des professionnels du secteur sanitaire, social et médico-social.

Ce numéro vert s’adresse aux personnels soignants, aux étudiants, aux personnels administratifs et logistiques confrontés sur le terrain à des situations inédites et aux professionnels en charge de l’accompagnement des personnes vulnérables (notamment les EHPAD, les établissements et services prenant en charge des personnes handicapées, les services de l’ASE, les structures d’hébergement ou les mandataires judiciaires à la protection des majeurs). Il vise principalement les personnels des établissements ou services n’ayant pas pu à ce stade mettre en place un dispositif de soutien psychologique pour les personnels.

Le n° vert permet d’accéder à une plateforme de psychologues pour les personnels soignants/accompagnants des établissements et services sanitaires sociaux et médico-sociaux (N° vert accessible de 8H00 à Minuit) :

N° vert : 0800 73 09 58

Récapitulatif d’informations concernant les masques à usage non sanitaire
Important : Vous avez été nombreux à solliciter la préfecture sur ce sujet et notamment sur les modalités de distributions des masques. Dès que nous aurons des informations plus précises sur les modalités de distribution des masques « grands publics » nous vous en informerons. Quelques informations pour vous aider dans vos initiatives visant à procéder à l’achat de masques :
On distingue deux catégories de masques anti-projection à usage non sanitaire 1/ Les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public L’usage de ces masques est destiné aux populations amenées à rencontrer du public dans le cadre de leurs activités professionnelles (policiers, gendarmes, hôtesses de caisses, etc.). Ils ont des propriétés de filtrage sur les particules émises de trois microns compatibles avec cette utilisation. 2/ Les masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe Ces masques sont destinés à l’usage d’individus ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes, dans le cadre professionnel. Ce masque pourra être porté par l’ensemble des individus d’un sous-groupe (entreprise, service…) ou en présence d’autres individus porteurs d’un masque d’une autre catégorie, lorsque le poste ou les conditions de travail le nécessitent. Leurs propriétés de filtrations sur les particules émises de trois microns apportent un complément de protection aux gestes barrières.
Dans tous les cas le port d’un masque complète les gestes barrières mais ne les remplace pas.
Pour compléter ces informations vous trouverez ci-dessus une foire aux questions pour les différents types de masques.
Les spécificités techniques des masques anti-projection à usage non sanitaire L’AFNOR met à disposition de tous un référentiel de fabrication de masques, dit « masques barrières» ou « non sanitaires ». Le document spécifie les exigences minimales de fabrication, de conception et de performance, ainsi que les méthodes d’essai. Il contient aussi des recommandations d’usage. https://telechargement-afnor.com/masques-barrieres
Les Entreprises proposant des masques à usage non sanitaire
Pour trouver des entreprises qui proposent des masques à usage non sanitaire, les sites suivants peuvent être consultés : Site de la Direction Générale des entreprises qui recense les offres sur tout le territoire de plusieurs centaines d’entreprises et groupements d’entreprises. Ces propositions ont fait l’objet de tests de filtration et de perméabilité conduits par la DGA. https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection Site de l’agence régionale Bretagne Développement Innovation qui recueille les offres des entreprises et acteurs régionaux. https://www.bdi.fr/fr/publications/covid-19-entreprises-unies-en-bretagne/ Liste des entreprises proposant des masques norme AFNOR mis à disposition gracieusement. Classement par département https://masques-barrieres.afnor.org/
Autres sites utiles La plateforme de l’Etatde mise en relation offre et demande d’EPI pour de gros volumes : https://stopcovid19.fr/customer/account/login/ ; Le réseau des CCI et CMA porte une action avec Cdiscount pour distribuer des masques et autres EPI aux PME. Les commandes peuvent être faites sur le site : https://www.cdiscount.com/masques. Cdiscount a déjà commandé 60 millions de masques pour alimenter sa plateforme et assurera la livraison des commandes de masques à travers les enseignes du Groupe Casino ; La plateforme nationale du CSF mode sur laquelle offre et demande de masques en tissu peuvent être envoyés : https://savoirfaireensemble.fr/ . Les producteurs de masque en tissu qui se signalent par ce site font tester et « certifier » leurs masques par la DGA suivant un cahier des charges qu’elle a conçu. La liste des premières entreprises déjà certifiées par la DGA est accessible à l’adresse suivante : https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection ; Pour les TPE/PME/ETI, France Industrie a mandaté des référents secteur par secteur pour mutualiser des commandes de gros volumes auprès d’importateurs qualifiés par l’Etat. Les coordonnées de ces référents filières sont disponibles dans la liste ci-jointe.
Préfecture des Côtes-d’Armor Site internet : http://www.cotes-darmor.gouv.fr/
Par téléphone : 02 96 62 44 22
Par messagerie : pref-covid19@cotes-darmor.gouv.fr Twitter : https://twitter.com/Prefet22
Facebook : https://www.facebook.com/Prefet22/

Par ailleurs, toutes les informations sur la gestion des initiatives au niveau national en matière d’EPI sont regroupées ou accessibles depuis le site suivant . https://www.entreprises.gouv.fr/covid- 19/approvisionnement-en-masques-et-gel-hydroalcoolique?language=fr

Tests sérologiques

Conformément à l’allocution du Premier Ministre en date du 19 avril 2020, il vous est rappelé qu’il n’est pas pertinent de procéder à l’achat de tests sérologiques. En effet, la validité de ces tests n’est pas encore consolidée. En outre, de nombreuses arnaques ont été observées, sur internet notamment. Dans ces conditions, il convient de ne pas se lancer dans un investissement qui pourrait se révéler contre -productif.

COVID 19 : Communiqué du 18 avril 2020

La Préfecture nous informe que les cérémonies commémoratives du 26 avril 2020 : Journée nationale d’hommage du souvenir des victimes et des héros de la déportation et du 8 mai 2020 : Commémoration de la victoire du 8 mai 1945 sont annulées. 

Le pavoisement des édifices publics devra quant à lui être maintenu comme suit :
– journée du 26 avril : pavoisement aux couleurs nationales
– journée du 8 mai : pavoisement aux couleurs nationales
– journée du 9 mai : journée de l’Europe, commémoration de la déclaration de Schuman : pavoisement aux couleurs nationales et européennes
– journée du 10 mai : commémoration annuelle en France métropolitaine de l’abolition de l’esclavage et Fête nationale de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme : pavoisement aux couleurs nationales

COVID 19 – Communiqué du 17 avril 2020

Sommaire : Communiqués de Kerval sur la gestion du tri – de la Préfecture sur les mesures à prendre pour limiter la diffusion du virus sur l’espace public et de la Poste sur l’adaptation de son service à l’évolution de la situation sanitaire

COVID 19 – Communiqué du 16 avril 2020

Sommaire : Masques – Ouverture de Crous’ty crêpe – Qualité de l’eau – Détention d’armes.

MASQUES :

En plus des gestes barrières, le port du masque serait utile pour les sorties en période de confinement.  « Le masque n’exonère à aucun moment des gestes barrières. C’est une protection supplémentaire pour les personnes saines lorsqu’elles se déplacent ou travaillent »

Les particuliers ne doivent pas utiliser de masques chirurgicaux. Ils sont réservés aux personnels travaillant dans le domaine de la santé, aux aides à domicile et accueillants familiaux. Il est inadmissible de voir des personnes faisant leurs courses avec ce type de masque sous prétexte qu’ils ont des membres de leur famille qui travaille dans le milieu hospitalier qui leur en procure alors que ces services en manquent.

Il est possible de fabriquer soi-même ses masques. Il existe de nombreux tutoriels sur ce sujet mais tous les masques proposés n’ont pas la même efficacité contre le virus. Les masques ayant le label AFNOR semblent les plus fiables. Ils préconisent de choisir du tissu type popeline ou coton à trame serrée. Ne pas utiliser la polaire, le molleton, les sacs aspirateur, le PUL, les lingettes, les filtre à café…  

Il existe des tutoriels sur youtube. Le lien ci-dessous vous permet de faire « un masque de protection sans machine à coudre et facile à faire »

D’autres tutoriels montrent comment en fabriquer selon la référence AFNOR.

Ex : https://www.youtube.com/watch?v=PUUtWQKWE-8

Pour les personnes âgées de plus de 80 ans ou ayant des pathologies pulmonaires, cardiaques…qui en souhaiteraient et ne sont pas à même d’en faire, elles peuvent s’adresser en mairie. Des bénévoles en ont déjà déposé et sont prêts à continuer à en fabriquer s’il y a de la demande.

CROUS’TY CRÊPE :

Les exploitants de la crêperie nous informent de leur ouverture à partir de mardi prochain avec des crêpes et galettes, des plats chauds ou froids à emporter, des repas complets, des Burger frites…Pour plus de renseignements se rendre sur leur compte Facebook Crous’ty crêpe. La meilleure façon de les aider à repartir, c’est de les faire travailler et donc de commander vos repas au 06 58 11 14 01. Ils seront ouverts tous les midis du lundi au vendredi inclus et les vendredi et samedi soir. Un circuit fléché en sens unique permet de respecter les gestes barrières et d’éviter toute contamination.

COMMUNIQUE DE VEOLIA

  1. Point sur la quantité de chlore dans l’eau

Certains consommateurs ont pu ces derniers jours ressentir un goût de chlore plus présent que d’habitude dans l’eau du robinet. Alors que nous appliquons globalement les mêmes traitements de potabilisation, qui permettent comme l’a signalé l’OMS d’éliminer tous les virus, dont le coronavirus, nous vous expliquons ici ce qu’il peut en être sur vos contrats Veolia. 

Afin de fournir une eau toujours de qualité répondant aux exigences sanitaires fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les Agences régionales de santé (ARS), nous garantissons un résiduel de chlore suffisant de 0,1 mg/litre en tout point du réseau, et ce comme habituellement. 

  • Dans la majorité des cas, sauf contexte spécifique local et sur demande d’une ARS, nos consignes de chloration de l’eau en sortie d’usine de traitement d’eau potable sont maintenues à leur niveau antérieur à l’apparition du Covid-19. En effet, les consignes de traitement de l’eau pratiquées habituellement permettent de garantir une désinfection suffisante de l’eau et sont adaptées au temps de contact en réseau. 
  • Localement, avec la période de confinement, la consommation en eau peut évoluer. Elle a nettement diminué, voire s’est complètement arrêtée dans les zones où se concentrent bureaux et industries. L’eau est alors amenée à séjourner plus longtemps dans le réseau de distribution. Ainsi, pour éliminer tout risque de pollution et maintenir un résiduel de chlore suffisant de 0,1 mg/litre en tout point du réseau, il peut alors être décidé d’augmenter légèrement le taux de chlore nécessaire en sortie d’usine de production d’eau potable. Cet ajustement reste adapté à la situation locale et n’est donc pas généralisé pour continuer à offrir aux consommateurs le meilleur confort d’usage de leur eau. 
  • A l’inverse, la consommation est nettement plus élevée dans les zones résidentielles, avec pour conséquence une accélération de la circulation de l’eau dans les canalisations. L’eau arrive donc plus vite qu’à l’accoutumée au robinet de certains consommateurs, directement en provenance des usines de production d’eau potable. Dans ces cas de figure, elle a donc pu être chlorée peu de temps avant sa consommation. Cela explique les différences de goût ou d’odeur de l’eau perçues par certains consommateurs.

Afin d’informer au mieux vos administrés sur la qualité de leur eau, vous retrouverez sur le site Veolia un article que vous pouvez partager

Qu’il s’agisse d’appliquer les gestes barrières essentiels (se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon) ou d’assurer l’hygiène quotidienne, corporelle et domestique, l’eau peut être utilisée en toute confiance.  

A nouveau, l’OMS comme les agences sanitaires indiquent que le virus Covid-19 ne montre pas de résistance particulière aux traitements habituels de l’eau potable (charbon, chlore, ozone, UV). Il n’y a donc aucun risque à boire l’eau du robinet, ce n’est pas un vecteur de transfert du Covid-19. 


Conduite à tenir concernant les autorisations de détention d’arme pendant l’état d’urgence sanitaire

Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le gouvernement a, le 25 mars 2020, adopté une ordonnance précisant les mesures d’adaptation des délais relatifs aux autorisations administratives, notamment concernant l’acquisition et la détention d’armes.

L’ordonnance prévoit la prorogation de délais arrivant à échéance entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la fin de l’état d’urgence sanitaire déclaré. Les délais concernés sont les suivants :

– délais des autorisations d’acquisition et de détention d’armes de catégorie A1 et B ;
– délais de réponse de l’administration aux demandes formulées par le public, en l’occurrence demandes d’autorisation ;
– délais de réalisation des formalités et prescriptions imposées par la réglementation, en l’occurrence les séances contrôlées de pratique du tir ou le délai pour acquérir une arme soumise à autorisation.

Une fiche exposant les différents aménagements de délais en lien avec les autorisations d’acquisition et de détention d’armes est disponible sur le site internet de la préfecture: http://www.cotes- darmor.gouv.fr/Actualites/COVID-19-Conduite-a-tenir-Autorisations-de-detention-d-arme-pendant-l-etat-

Cette fiche commente les dispositions figurant dans l’ordonnance n°2020-306 et la loi n°2020-290, dans leur rédaction en vigueur à la date de cette fiche. Ces textes sont susceptibles d’adaptations ou de modifications, qui seront précisées si elles ont un impact sur les procédures décrites.

COVID 19 : Communiqué du 11 avril 2020

Communiqué de la Préfecture

Parents isolés refusés à l’entrée des magasins : ouverture d’une adresse e-mail nationale de signalement

En période de confinement, il n’est pas possible pour les mères ou les pères isolés de faire garder leurs enfants et, en fonction de leur âge ou de leur situation, pas toujours souhaitable de les laisser seuls. Ils ne sauraient, pour cette raison, être rejetés à l’entrée des magasins ou devenir les cibles de propos déplacés.

Une adresse mail : dgcs-coursesparentsisoles@social.gouv.fr a été créée pour recevoir les signalements des parents isolés refusés à l’entrée des magasins, à qui il est demandé de laisser leur enfant à la caisse ou avec des inconnus.

À chaque remontée, les services du Secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations engageront un dialogue avec les équipes des magasins concernés pour rappeler que le refus des enfants à l’entrée de ceux-ci ne fait pas partie des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus et ainsi permettre aux femmes et hommes seuls accompagnés de leurs enfants de faire leurs courses alimentaires aussi sereinement que possible.

Vous êtes invités à relayer ces informations auprès de vos administrés et à rappeler à vos commerces locaux qu’ils ne peuvent refuser l’accès d’un parent isolé accompagné de ses enfants.

COVID 19 : Communiqué du 10 avril 2020

Sommaire : Communiqué du service d’ordures ménagères de Loudéac Communauté – Dispositif d’écoute et de soutien spirituel – Désinfection de la voirie ? – Circulation du virus dans l’air ? – Risques liés aux animaux domestiques ?

SERVICE ORDURES MENAGERES LCBC : Informations en contexte d’épidémie COVID-19

Collecte des Ordures Ménagères et du Tri sélectif

1. La Collecte des Ordures Ménagères

La collecte des Ordures ménagères est toujours assurée sur tout le territoire.

2. La collecte du Tri sélectif (pas de changement depuis le 30/03/2020)

A – La collecte individuelle du tri sélectif en sacs JAUNES au sol

La collecte individuelle du tri sélectif en sacs « JAUNE » est suspendue sur les communes suivantes, les bacs jaunes demeurent collectés.
Sont concernés les bourgs de : PLEMET – LA MOTTE – PLOUGUENAST – ST BARNABE – LE MENE (Collinee-Le Gouray- St Jacut du Mené- St Gouëno – St Gilles du Mené -Plessala – Langourla)

Il vous est demandé de participer à cette mesure de précaution en stockant les sacs jaunes de tri sélectif à domicile, jusqu’à nouvel ordre.

Si le stockage du tri sélectif est impossible, il est autorisé à titre exceptionnel de le déposer dans les conteneurs Ordures Ménagères (en sacs fermés)

B. La collecte du tri sélectif en conteneurs individuels

La collecte du tri sélectif en conteneurs individuels est maintenue pour les communes suivantes : LOUDEAC (Ville) – les Bourgs et Campagnes de : MERDRIGNAC – ST VRAN – ILLIFAUT – LAURENAN – GOMENE

Informations importantes

Le Centre de Tri GENERIS de PLOUFRAGAN nous informe que les opérateurs de tri retrouvent de plus en plus de déchets, de type ACTIVITE DE SOINS (masques, gants de protection, mouchoirs, et autres DASRI) sur les lignes de tri, nous vous rappelons qu’il est interdit de déposer ces déchets (mouchoirs, gants de protection, masques et les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) dans le tri sélectif. Ils sont à déposer dans les conteneurs « Ordures Ménagères » dans des sacs fermés, dont on aura au maximum évacué l’air, pour éviter qu’ils n’éclatent et projettent des déchets lors de sa compaction dans le camion benne.

Les bons gestes barrières ne doivent pas être oubliés : lavage des mains avant de présenter le conteneur à la collecte et après l’avoir récupéré

Déchetteries

1. Professionnels

A partir du 15 avril 2020
Les déchetteries de LCBC seront ouvertes exclusivement aux Professionnels et uniquement sur rendez vous. Pour notre commune, c’est celle de Loudéac qui est ouverte tous les après-midis du lundi au vendredi inclus.

Pour la prise de rendez-vous appeler au 06.72.78.54.35 (9h à 17h)

Aussi pour garantir la sécurité sanitaire aux agents, un protocole d’accueil des Professionnels est mis en place :

  1. Un 1er gardien de la déchetterie ouvre au déposant professionnel
    1. Ouverture du portail (l’apporteur reste dans son utilitaire ou camion)
    1. Vérification par le gardien que le déposant est bien le Professionnel qui a pris rendez- vous.
    1. L’apporteur se dirige ensuite vers une zone d’attente et patiente dans son véhicule
  2. Un 2ième gardien en haut de quai
    1. Vérifie la conformité des dépôts et l’oriente
    1. L’apporteur se dirige vers le caisson ou plateforme qui lui aura été précisé(e) puis dépose ses déchets

Aucun particulier ne sera autorisé à entrer.

2. Particuliers

Toutes les déchetteries sont fermées aux particuliers jusqu’à nouvel ordre.

Suite à de nombreux appels de particuliers, nous rappelons qu’afin de respecter le confinement, seuls les déplacements vitaux sont autorisés.
Nous invitons les usagers qui procèdent à l’entretien de leurs espaces verts à déposer les tontes ou tailles en paillage au pied de leur haie, ou dans les massifs. Cela constitue un bon moyen d’enrichir le sol, et de ralentir son desséchement en été et freiner la croissance des mauvaises herbes.

Les usagers peuvent également effectuer une tonte « mulching » c’est-à-dire sans ramassage de l’herbe, elle permet de garder l’herbe hachée finement sur le gazon.

Redevance Ordures Ménagères

Pour un traitement rapide des dossiers, il est demandé d’adresser les réclamations ou autres par mail

servicedechets@loudeac-communaute.bzh

Dispositif d’écoute et de soutien spirituel (Préfecture des Côtes d’Armor)

La crise épidémique majeure que traverse notre pays bouleverse la vie de nombreuses personnes, touchées par l’épidémie, malades ou proches de personnes qui le sont.

Les mesures indispensables prises par le Gouvernement pour lutter contre l’épidémie, notamment celles ayant trait au confinement et à la limitation des déplacements, sont toutefois susceptibles de distendre, momentanément, le lien entre certains croyants et leur ministre des cultes, alors même que les effets de la crise sanitaire sur la vie de nos concitoyens nécessitent que chacun puisse être aidé, notamment spirituellement.

A l’occasion d’une réunion avec les représentants des principaux cultes, le président de la République a souhaité donner suite à une proposition commune de ces derniers, pour faciliter la mise en relation de ceux qui en éprouvent le besoin avec une personne à même d’assurer un soutien spirituel.

Dans ce cadre, chacun des principaux cultes a mis en œuvre un dispositif téléphonique d’écoute qui est accessible :

– via le numéro vert d’information sur l’épidémie de COVID mis en place par le Gouvernement (0 800 130 000).

– par l’intermédiaire des équipes des établissements de santé et des professionnels médicaux à qui les numéros de contact mis en place par chaque culte ont été communiqués.

Est-il utile – et souhaitable – de procéder à la désinfection de la voirie dans les communes pour lutter contre l’épidémie de covid-19 ?

Le HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique) rappelle que « le réservoir principal est l’homme et non l’environnement », et que, même si la présence du virus sur le mobilier urbain est « possible », ce sont les gestes barrières et l’hygiène des mains qui restent le principal mode de réduction du risque de transmission. « Le risque de contamination d’une personne par la voirie parait négligeable voire nul ». 
Faute d’argument scientifique prouvant l’efficacité des mesures de désinfection de la voirie, le HCSP recommande donc « de ne pas mettre en œuvre » de telles mesures. Il conseille de continuer d’assurer le nettoyage « habituel » des voiries et du mobilier urbain. En revanche, il est préconisé de s’abstenir absolument de toute utilisation de matériel type « souffleurs », qui pourraient éventuellement contribuer à disséminer le virus.
Le gouvernement, par la voix d’Élisabeth Borne et de Jacqueline Gourault, a « pris acte » de cet avis, dans un communiqué de presse. Les deux ministres rappellent en outre qu’un usage « massif » de produits désinfectants « peut favoriser l’apparition d’espèces résistantes ». 

Source : Maire info du 10 avril 2020

Le virus circule t’il dans l’air ?

Non, il ne peut pas vivre dans l’air tout seul. Le coronavirus responsable du COVID-19 se transmet par les gouttelettes, qui sont les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, qu’on éternue ou qu’on parle.

Le virus est transporté par les gouttelettes, il ne circule pas dans l’air tout seul, mais peut atteindre une personne à proximité (<1 mètre) ou se fixer sur une surface souillée par les gouttelettes, comme les mains ou les mouchoirs. C’est pour cela qu’il est important de respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale.

Source : Ministère de la Santé et des solidarités.

Existe-t-il des risques liés aux animaux domestiques (d’élevage ou familiers)

Il n’existe aucune preuve que les animaux domestiques jouent un rôle dans la propagation coronavirus COVID-19. De plus, le passage du coronavirus COVID-19 de l’être humain vers une autre espèce animale semble peu probable.

Source : Ministère de la Santé et des Solidarités.

COVID 19 – Communiqué du 9 avril 2020

Sommaire : Confinement et fêtes religieuses – Garantir les droits des femmes – Les lingettes, un fléau pour les canalisations.

Le confinement se poursuit pleinement pendant les fêtes religieuses et aucune dérogation ne peut être accordée à cette occasion

À l’approche des fêtes religieuses et des vacances de printemps pour la zone B, toutes les règles de confinement demeurent pleinement applicables. Les déplacements demeurent interdits et les établissements recevant du public fermés.

Les contrôles seront encore renforcés.

Les fêtes religieuses, toutes confessions confondues, ne peuvent être célébrées que dans le cadre strict du confinement à domicile. Il n’est pas possible d’inviter de la famille ou des amis à cette occasion, ni de se rendre dans la famille ou chez des amis.

Le recueillement individuel, de moins d’une heure, sans rassemblement, dans les lieux de culte qui sont restés ouverts (les églises principalement), à condition de rester dans un rayon de moins d’1 km autour du domicile, est autorisé .

Aucune célébration dans un lieu de culte ne peut avoir lieu en présence de public, des offices peuvent se tenir, mais uniquement à huis clos, avec un ministre du culte, pour être enregistrés et diffusés sur les réseaux sociaux.

Préfecture des Côtes d’Armor

COVID 19 et confinement : GARANTIR LES DROITS DES FEMMES Contraception et IVG

EN TOUTE CONFIDENTIALITE

Accès à la contraception :

  • ●  L’accès à la pilule contraceptive peut s’effectuer directement en pharmacie grâce à une ancienne ordonnance. Cette facilité s’applique le temps du confinement.
  • ●  La contraception d’urgence est disponible sans ordonnance en pharmacie.
  • ●  Les médecins en ville et les sages-femmes peuvent conseiller les femmes et leurs partenaires sur les questions de contraception

Accès à l’I.V.G. :

  • ●  Les interruptions volontaires de grossesse (IVG) sont considérées comme urgentes et leur continuité est assurée.
  • ●  Les sages-femmes peuvent, comme les médecins, pratiquer des consultations à distance (télé consultation).
  • ●  Les entretiens de conseil conjugal préIVG obligatoire pour les mineurs sont maintenus
  • ●  Les consultations pour les dépistages d’infections sexuellement transmissibles se pousuivent

les Ministres encouragent l’ensemble des médecins en ville et les sages-femmes libérales à s’engager dans le maintien des IVG médicamenteuses et demandent aux établissements de santé d’assurer la continuité des IVG instrumentales.

A votre écoute :

● Durant le confinement, le planning familial 22, espace vie affective,
relationnelle et sexuelle 02 96 78 97 05 mfpf22@wanadoo.fr
et les centres de planification et d’éducation familiale, gérés par
le Conseil départemental 22 et par délégation aux centres hospitaliers,
assurent des permanences téléphoniques et accueillent sur rendez-vous si nécessaire avec toutes les précautions de mesures barrières.

08/04/2020

page1image7142976

Les services de l’Etat sont chargés de s’assurer que le droit des femmes à disposer de leur corps ne soit pas remis en cause, en cette période de pandémie et de confinement, en effectuant des points réguliers avec le personnel soignant et le tissu associatif.
Contact :

Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes des Côtes d’Armor annie.le-houerou@cotes-darmor.gouv.fr – 06 44 23 04 78

Les lingettes, un fléau pour les canalisations

Les lingettes désinfectantes jetables sont vues d’un très bon œil dans les foyers français depuis des années. Selon l’organisation internationale WWF (le Fonds mondial pour la nature), elles représentent 23 kg de déchets par an et par personne. En ces temps de crise sanitaire, celles-ci sont encore plus utilisées pour se laver les mains et respecter les gestes barrières. En France, selon les derniers chiffres, des centaines sont utilisées chaque seconde. Problème : lorsqu’elles sont jetées dans les toilettes et non dans les poubelles, ces lingettes engendrent, très souvent, de graves problèmes pour l’assainissement des eaux usées.

Ouest France numérique du 9 avril 2020